Croquis : Marchands de couleur

Croquis : Marchands de couleur

//Croquis

« La paire, 15 euros ». Pas le temps de répondre ni d’esquiver, me voilà avec une paire de Rayban entre les mains. Enfin… une belle imitation, une véritable contre-façon. Ici on est dans son royaume, un royaume à ciel ouvert, en plein Paris : marché Dejean, la goutte d’or, 16h, soleil de plomb.

La zone piétonnière grouille. « Non, ça va, merci ». Je remets les lunettes dans les mains de son vendeur, indien ou peut-être pakistanais, me faufile, ignore son insistance. De chaque côté de la rue, des maraîchers proposent des fruits et légumes du monde entier. Bananes plantains, papayes, ananas, christophines… rien qu’à les contempler, on est déjà ailleurs. Il y a aussi des poissonniers, un boucher, une supérette et un café PMU.

Cette frontière marchande délimite une longue rangée de vendeurs à la sauvette, flanqués de leurs maigres étales, des boîtes en carton pour la plupart. Sacs Vuitton, baskets Adidas, flacon de parfum Chanel. Et aussi des perruques, des grigris et gadgets en tout genre… Un caddie de supermarché déborde d’épis de maïs grillés. Assises sur le trottoir, des femmes africaines en boubous proposent des cacahuètes et du jus de bissap. Un homme, parlant très vite dans son portable, coupe la foule d’un pas décidé, un punk à chien fait la manche, des jeunes filles aux tenues afriolantes se disputent un collier.

Soudain, en quelques secondes, plus rien, c’est fini, la rue s’est vidée. Les vendeurs ont disparu, envolés tel un essaim d’abeilles après avoir reçu un coup de pied. Mais les coups de pied sont bien réels. Quatre CRS, quatre silhouettes immenses et sombres remontent l’artère abandonnée et détruisent ainsi les comptoirs de fortune.

Je les observe, réfugiée à l’entrée d’une poissonnerie. Le marchand, insensible à la situation, me réconforte d’un sourire et me vend les crevettes que j’étais venue acheter. Le temps de rentrer dans sa boutique, de régler, d’en ressortir, les quatres hommes avaient disparu et la rue retrouvé instantanément son caddie, ses couleurs, sa vie.

 

Egalement, un reportage audio sur le même sujet :

Marché Dejean.

 

 

Filled Under : Articles